Le lundi était annoncé un peu plus maussade, alors direction le Musée Guggenheim de Bilbao pour jeter un oeil à l'architecture de Franck Gerhy et aux collections d'art contemporain. Une balade abritée, avec des oeuvres qu'on aime ou qu'on n'aime pas, qu'on comprend ou qu'on ne comprend pas, qui impressionnent parfois. Les grands se sont bien tenus à carreaux, soit parce que ce sont des enfants modèles, curieux de tout et avec un plaisir non dissimulé pour l'apprentissage des leçons données pas les artistes contemporains,essentiellement via les oeuvres interactives, soit parce que tout près du musée il y a un parc de jeux XXXL avec moults structures en filets et autres toboggans dans lequel nous avions promis de jouer un moment si la visite du musée se passait bien.

DSC_0309

IMG_2712

DSC_0313 DSC_0315

DSC_0326

DSC_0316 DSC_0324

DSC_0325

DSC_0334

Et le ciel s'est gentiment découvert. Nous avions repéré un joli pont à ajouter à notre "collection". Millau, Garabit, Ponte Vecchio, Tower Bridge, Avignon, Pont du Gard et maintenant le Pont de Biscaye, un transbordeur de la fin du XIXème siècle, le plus grand, et toujours en service. On se dit que ça pourrait être drôle de traverser avec la voiture dans la nacelle suspendue, mais l'idée saugrenue nous est aussi venue de le traverser à pieds, par le haut

DSC_0337

DSC_0341

DSC_0342

Saugrenue car j'ai vraiment dû affronter mon vertige en montant à 50m au-dessus des eaux, en marchant sur la passerelle aux planches légèrement disjointes et avec un vent assez fort, bien trop fort à mon goût. Surtout, ne pas lire le petit panneau disant que la structure peut bouger si tout le monde se met à courir dessus, au moment où les enfants partent en petites foulées. J'ai serré très fort mon appareil photo, parce que vous comprendrez qu'il aurait pu tomber et glisser dans les quelques millimètres d'espace vide entre les planches, sisi, ou alors être emporté par le vent et plonger dans l'eau en passant par les troutrous du grillage de sécurité. Si si si. Et autant vous dire que j'ai largement délégué la gestion des 4 Fantastiques à Matthieu, sinon, j'aurais pu leur briser une articulation en le tenant par la main. Bref, je ne me refais pas, MAIS j'ai traversé les 160m aller et retour, en regardant droit devant moi seulement et en marchant bien au milieu, en criant un peu ce qui a bien fait rigoler des gens, mais tant pis. Quant à cette satanée nacelle suspendue qui a profité de ma traversée pour, elle, faire deux aller-retours en faisant vibrer la structure, et bien je me suis dit que je la prendrai pas en voiture, na ! Mes jambes  flanchaient un brin à la redescente au sol...

DSC_0346

DSC_0350

DSC_0347

DSC_0353 DSC_0351

DSC_0361

DSC_0384

Des pintxos seront bien vite engloutis juste après pour se remettre...Retour ensuite "à la maison", retour à la taberna, au fronton, des habitudes bien vite ancrées !