Je fais comme je peux !

samedi 29 juillet 2017

Bienvenue, Romain !

Je ne sais pas trop comment commencer cet article...

En disant que c'est marrant d'avoir posté la jolie photo qu'Aurore a fait de nous 4 et demi le jour où Romain allait naître, sans, de fait, nous faire patienter trop longtemps?

En calculant qu'aujourd'hui, mon petit moineau a déjà 10 jours?

En allant re-re-re lire l'article de Matthieu et passer du rire aux larmes du début à la fin et de m'inspirer de son récit?

***

Marek, lui, nous a fait la belle surprise de nous faire un cadeau de mariage,

Yann, lui, a été une surprise pour Matthieu puis il nous a surpris en arrivant un tantinet plus tôt que prévu, 

Valérian, lui, nous a pris par surprise en débarquant tout seul comme un grand, dans la salle de bains.

Crescendo, les gars, vous êtes supers ! C'est bon, on a fait le tour, les enfants?

Non.

Romain, lui, a carrément décidé de s'inviter dans la ronde, la tribu, la famille alors que nous nous croyions naïvement au complet. On a beau adorer les surprises, en faire et en recevoir, cette-fois ci, on a été un peu désarmés au début. Stupéfaction, panique, doute, bonne décision, centaines d'heures sur internet pour trouver une voiture familiale parfaite, petit secret caché pendant des semaines, le temps de m'y faire et le temps de me souvenir des rendez-vous qu'il faut prendre pour ce type d'aventure. Et enfin, la sérénité, la joie des futurs grands frères, l'accueil de la bonne nouvelle autour de nous. C'est bel et bien reparti pour un tour, un 4ème loustic est prévu pour début août, c'est complèment dingue!

Même du haut de mon grand âge, coup de chance, cette grossesse s'est parfaitement déroulée, abstraction faite de 15j d'apnée en attendant les résutats du test de dépistage de la trisomie, mais tout ça est derrière nous. Mon ventre s'est gentiment arrondi dès qu'on a eu la certitude que tout allait bien pour le petit bonhomme, j'ai pu travailler jusqu'au bout, sans bobologie particulière, les enfants ont été bienveillants, attentifs à la bulle de PetitFrère, actifs jusqu'au bout dans la recherche de prénom, parfaits grands frères avant l'heure.

Le début du congé maternité a été étrange, peu habituée à ne rien faire de spécial et pourtant déterminée à me reposer, mais le canapé et moi avons pris nos marques assez rapidement. Seule ombrounette au tableau (c'est une petite ombre), l'insistance de mon docteur pour déclencher la naissance; si je comprenais totalement son point de vue, je n'arrivais pas à me résoudre à un choix binaire: accoucher chez moi avec tous les risques que cela peut comporter ou provoquer la naissance alors que le bébé n'est pas prêt, et faire potentiellement face à une surmédicalisation à laquelle je n'étais pas encore tout à fait prête moi-même. Je rêvais seulement d'une naissance spontanée et j'admets à posteriori ne pas avoir été déçue !! J'ai été une gentille patiente, acceptant la date du 26 juillet pour le déclenchement et parallèlement, j'ai tenté l'acupuncture, l'homéopathie, l'ostéopathie, la sophrologie, pour me préparer, pour nous préparer. Du repos aussi, avec une idée en tête : être dispo pour le jour des photos avec les zouaves. Après? feu vert ! 

Bingo! Au final, je n'aurais pas pu espérer voir toutes mes attentes comblées, merci mon Romain !

Ce mercredi 19 juillet a démarré normalement, avec les grands au centre aéré, le "petit" chez Nounou, mon ventre et moi sur le canapé. Je sais bien que "ça travaille" un peu, mais rien qui ne mette vraiment la puce à l'oreille. Dommage qu'il fasse si chaud ce jour-là, sinon, je serais bien allée au centre périnatal de L'Arbresle pour une petite consultation-vérification. (lol). Je décide d'aller faire une petite sieste d'une heure dans ma chambre et ce sera finalement le carreleur qui me réveillera d'un coup de fil 4h plus tard. On discute, je lui promets de ne pas accoucher tant qu'il est là, il me dit que cette salle de bains là sera opérationnelle lundi, on rigole. Bon, j'avais des trucs à faire aujourd'hui, je m'active un peu pour rattraper le temps : je finalise le planning des jours à venir pour les enfants, pour que quiconque vienne les prendre en charge en cas de départ puisse être au courant. Je charge les batteries des appareils photo. Je crois que je fais un coup de propre dans la maison, à mon rythme. Je change les draps de toute la famille. Je vais chercher les enfants car ce soir, Matthieu passe à Lyon pour voir Aimé et ils vont boire un coup à Confluence. Je raconte à Nounou que tout est prêt, elle me demande si on aura besoin d'elle, non, normalement, tout est OK, mais on la préviendra !

Cet après-midi-là, mon ventre s'est bien serré, mais pas régulièrement, et sans aucune douleur, à tel point que j'ai misé sur le bébé qui changeait de position avec le peu de place qu'il devait lui rester. Alerte au niveau zéro. Un peu fatiguée tout de même, j'ai la flemme de faire la salade de tomates, tant et si bien que lorsque Matthieu m'appelle pour savoir s'il reste dîner à Lyon avec Aimé ou pas, j'ai failli pleurnicher car je pensais qu'il était déjà en route pour nous rejoindre. Désolée, Aimé, tu dîneras tout seul, je voudrais que Matthieu rentre (vite) à la maison... J'autorise les enfants à mettre un dessin animé pour patienter, Matthieu rentre vers 21h30. Je comprends qu'il a eu une rude journée et imagine qu'une soirée avec son ami lui aurait fait le plus grand bien, j'en suis navrée. Je suis sur le canapé, je commence à sentir mon ventre se serrer un peu plus fort et je mets ça sur le compte de mon activité de l'après-midi. Nous passons à table mais je n'ai pas faim. J'ai envie de pleurer, je chougne, les garçons se demandent pourquoi. Je vais prendre une douche, pour me détendre et faire passer ces quelques contractions qui, sans faire mal, s'apparentent doucement à une sensation de courbature légère. De l'envie d'une douche, je passe à l'idée d'un bain, pour décontracter tout ça. Il n'est pas envisageable que ce soit le travail qui démarre, il est beaucoup trop tôt, presque 3 semaines avant la date théorique, on n'a jamais vu un Damey de la Turdine aussi en avance, c'est presque mal nous (me) connaître.

Matthieu commence à tourner en rond : il a bien vu que je soufflais un peu et voir la baignoire se remplir lui met la puce à l'oreille. Mais non, je suis alors toujours sûre qu'il s'agit d'un faux travail. Marek, puis Yann, puis Valérian viennent se brosser les dents. Marek est un peu "stressé", car on commence à dire que peut-être irions-nous à la maternité ce soir pour vérifier avec les docteurs si tout va bien. J'ai bien le temps de lui expliquer comment ça peut se passer, le temps de le rassurer, le temps de l'embrasser. Et Yann aussi. Et Valérian itou. Ils vont se coucher (ou sauter sur leur lit, cocher la case correspondante), je confirme à Matthieu qu'il peut appeler Marie, je sors de la baignoire, je rassemble mes affaires de toilette. J'inspire par le nez, je souffle doucement par la bouche, je n'ai pas mal, je sens juste que ça serre un peu plus. Ca ne s'arrêta donc pas? Je rassure tellement Matthieu sur la possibilité de la fausse alerte qu'il prend son temps aussi, à l'ordinateur, puis pour aller chercher les valises, prêtes dans la chambre depuis une dizaine de jours. De mon côté, je remonte embrasser les zouaves en disant à tout à l'heure ou à demain, je prépare une bouillotte à me caler dans le dos dans la voiture car ça commence à picoter dans les reins, je serais plus à l'aise. Marie arrive dans la foulée, vive la garde à la pharmacie ! On a le temps de caler deux-trois détails, j'attrape un plaid pour m'asseoir dessus dans la voiture, sait-on jamais. Le bain, le souffle, ça ne passe pas; ça serre plus fort, ça prend un peu le bas du dos, c'est finalement une bonne idée d'y aller.

Je sors pour aller dans la voiture, après avoir embrassé Marie, tout sourire sur le pas de la porte, ravie et bien excitée à l'idée du jour J. Encore MERCI d'avoir été là !

Et flûte ! (je reste polie), c'est pile ce moment-là qu'a choisi Médor pour sortir côté rue et se promener sur le trottoir, se planquer sous une voiture, alors qu'en plus de 10 ans ce n'est jamais arrivé. Matthieu dit que "tant pis, hein?!", mais non, je vais la chercher. Ah non, ce n'est pas Médor, c'est juste son sosie. J'hésite mais je ne prends pas le temps d'envoyer un sms à la voisine pour lui dire que son chat se balade dehors. Il est 23h20, on y va.

Matthieu me dit que le timing est excellent : il est là (ce qui n'était pas gagné d'office en bossant à 1h30 de la maison), il n'y aura personne sur la route (pas de bouchon de caravanes belgo-hollandaises sur l'A6 à Fourvière), et les enfants sont facilement pris en charge. Je suis installée sur le plaid, la bouillotte me chauffe bien le dos, presque trop. Dans la batmobile (comprenez notre nouvelle voiture familiale qui ressemble trop à un ordinateur comparé au Berlingo), il y a un écran GPS qui affiche l'heure. Je ne regarde pas trop, pour ne pas savoir si ces contractions se rapprochent vraiment ou non. Je m'accroche sérieusement à la poignée au-dessus de ma fenêtre, j'empoigne le siège côté gauche, je rentre dans ma "bulle", j'inspire le plus calmement possible et je souffle le plus lentement possible. Entre deux contractions, toujours peu douloureuses, je demande à Matthieu comment il va. Je sais alors que les choses se concrétisent, qu'on fait bien d'y aller, je cherche juste à le rassurer pour que la route se passe bien, sans panique. Je perds la notion du temps, je scrute la route, j'évite toujours de regarder l'heure. On arrive dans la zone de travaux, avec les chicanes. Matthieu respecte scrupuleusement les limitations de vitesse, je ne dis toujours rien pour ne pas "l'affoler", mais les 3 ou 4 voitures devant nous n'ont pas intérêt à hésiter trop longtemps, ni à s'amuser à rouler sous la limite autorisée!

Je sens un blop. Ah, le p'tit a percé sa bulle, cette fois c'est sûr, on a bien fait de se mettre en route, il me fallait ça pour en prendre conscience. On a fait la moitié du chemin, j'aperçois 23h36 sur l'écran. Je tente de ne pas trop bouger, je n'ai pas l'impression d'être aux Grandes Eaux de Versailles, encore deux virages, 3 ronds-points et ce sera l'autoroute. Un dernier radar. Je suis toujours ultra concentrée sur mon souffle, je ne pense à rien d'autre sur le coup et entre deux contractions, j'annonce calmement que je perds les eaux, on fait un dernier point sur les prénoms, je joue au GPS pour indiquer la bonne sortie à Matthieu, qui a le temps de me dire qu'il doit vraiment changer de lunettes. Un ultime feu rouge, nous sommes à 300m de l'entrée de la clinique, il connait le chemin à partir de là, j'annonce que je lâche les chevaux et qu'il n'est pas totalement exclu que je crie, pour évacuer un peu les émotions. Je me sens à un rien d'être prise en charge, je laisse faire. Une nouvelle contraction et c'est Versailles, on y est. Elle est intense celle-ci, comme si je ne contrôlais plus rien, mais très courte. On se gare devant les urgences maternité de nuit, Matthieu s'applique à faire un joli créneau mais au cri que je pousse, il bondit hors de la voiture et se jette sur la sonnette. Je n'entends pas ce qu'il dit, je réussi à détacher ma ceinture de sécurité, je me cambre sur une autre contraction, je ne vois pas comment trouver une position qui pourrait me soulager. Je "vérifie" que bébé ne soit pas là, façon Valérian 4 ans et demi plus tôt et je ne sens rien. Je le (crie) à Matthieu, pensant qu'on a 5mn devant nous. Sauf que la dernière contraction arrive tout de suite après, m'irradie des cuisses aux reins et immédiatement je sens la tête de Romain.

Là, je me dis que je manque cruellement d'originalité, mais je pique ma propre réplique en criant un "siiiiiiiiiiiii,  il arrrriiiiiiiiiive, il est lààààààààààààààààààààà !!!!!!" et Matthieu accourt. Je lui demande de m'aider à me déshabiller, je ne peux absolument pas bouger, en y repensant, je ne comprends pas comment je suis positionnée. Je ne réalise pas que Matthieu rabaisse mon siège en arrière, je sens Romain glisser et je demande un peu fort à Matthieu de m'aider. Je crois que j'ai une main sur la tête de Romain, j'ai "peur qu'il tombe", et Matthieu l'attrape, délicatement, et le pose sur mon ventre. C'est totalement dingue. On se marre, je crois. Je suis désolée d'avoir "refait le coup", Matthieu me remercie.

Trois sage-femmes arrivent, elles m'ont dit ensuite qu'elles avaient suivi la naissance par l'interphone: soit c'est du super matos, soit Matthieu aura perdu quelques points d'audition ce soir-là. Elles se penchent vers Romain et moi, nous félicitent, clampent le cordon et cherchent Matthieu pour qu'il le coupe. Ayant lu son récit, je sais qu'il riffougnait alors quelquepart derrière la voiture mais sur le coup, je me suis demandé où il avait pu passer. S'il a ricané nerveusement, moi, j'ai vague souvenir d'avoir poussé un sacré juron, réalisant tout juste l'exploit accompli, mais je me suis bien excusée. Le super couple ricano-charretier!

Matthieu a suivi Romain et deux médecins, la troisième est venue me chercher avec un fauteuil. Je tremblais comme une feuille, impossible de savoir comment je suis sortie de la voiture. J'ai juste demandé à ce qu'elle referme les portières, je me rappelle qu'il pleuvait quelques gouttes, que j'ai demandé si ça arrivait souvent, des naissances sur le parking... Je suis entrée en salle de naissance "place Bellecour", la même que celle où Yann est né, me semble-t-il. Je grimpe facilement sur le lit pour qu'on me prodigue les soins de base, je demande 100 fois si mon fils et mon mari vont bien. Oui oui, votre mari est gentiment allongé dans la pièce des soins pour Romain, il se gère, on le gère.

 Je les vois arriver peu de temps après, Matthieu tout sourire (apparement, il ricanait tout seul!), Romain tout emmailloté, il parait immense ! On me le pose tout contre moi et à 10-15 minutes de vie, il tète déjà, j'hallucine. Puis on l'habille et on me le rend. Matthieu a pu téléphoner à Marie, à MamieDouce et GrandPère, à MamieAnnie. On est là tous les 3 dans cette grande salle, on se marre en se refaisant déjà le film de cette naissance incroyable. La clinique du Val d'Ouest est une grande maternité, Romain a le numéro 1524, mais on nous dit que c'est le premier à être né sur le parking cette année. Il faut déjà remplir les papiers de l'état civil et la sage-femme nous aide à déterminer l'ordre des prénoms : Romain, Léon, Alfred, un peu de ses arrière grand-pères.

On monte dans une chambre, c'est tout neuf, c'est joli. je ne suis pas détendue à l'idée que Matthieu reprenne la route, je demande une couchette pour lui mais il refuse et après un petit somme il repart vers la maison aux alentours de 3h. 

Je suis en pleine forme le matin, je peux aller prendre mon petit déjeuner dans la salle commune avec Romain dans son berceau sans souci. A ce moment-là, on attend les résultats de ses analyses, pour s'assurer qu'il n'a pas profité de la voiture pour attraper une bactérie quelconque et on attend de savoir si je file au centre périnatal de L'Arbresle le même jour ou le lendemain seulement. Accoucher à Ecully (dans la maternité ou non) a des avantages : on peut carrément commander un petit déjeuner ou un déjeuner à l'institut Paul Bocuse, la classe ! Bon, je ne testerai finalement pas ça pour vous, désolée.

Romain à quelques heures

IMG_0878

le rêve miam !

la réalité DSC01863

Je suis transférée à L'Arbresle le jeudi soir, à 18h, et je suis ravie que Marek, Yann et Valérian puissent me rejoindre pour faire connaissance avec Romain, en premier. Ils sont fabuleux. Nous voilà donc 6, c'est fou !

IMG_0883 

IMG_0891

 

IMG_0885

IMG_0896

IMG_0935

DSC_0004 

Valérian a pris Romain en photo, c'est lui le sujet, la photo est donc bien dans le bon sens!

DSC01859

retour à la maison

Merci à Marie, Aurélie, Pierre, Thomas, MamieDouce, GrandPère, Julien, Alexandre, Nicolas, MamieAnnie d'être venus nous voir!

DSC_0008 DSC_0012

IMG_0907

IMG_0910

Bienvenue Romain, mon petit chat de 2,860kg et de 47cm, tu es bien tombé avec nous, tu verras, on va bien rigoler!

Posté par Flo-ren-ce à 23:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 19 juillet 2017

Une photo pour patienter

Hier, mon amie Aurore est venue à la maison avec son appareil photo pour shooter les zouaves entrain de faire les fous (ou l'inverse) et pour immortaliser PetitFrère dans sa bulle avant le grand débarquement !

Il faudra patienter un peu pour découvrir les photos mais elle m'a déjà envoyé celle-ci !

20196685_10154480427182504_639715945_o

Elle m'a aussi apporté plein d'affaires, doudous et joujoux pour le petit, nous sommes parés, nous avons tout ce qu'il nous faut ! Je pense lui "commander" une séance photo à 6 à la rentrée, ça pourra être l'occasion de faire une petite cagnotte...

Posté par Flo-ren-ce à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les canards de la 8 - 2ème édition

Vendredi 14 juillet dernier, la classe en 8 a organisé de nouveau une "Turdine duck race", rien que ça !

J'ai moins participé cette année, il est vrai, j'ai juste pris quelques photos et suis restée assise tranquillement à l'ombre pour papoter. Cette année, Matthieu était là et il a trouvé la journée fort conviviale ! Les enfants ont retrouvé leurs supers copains, au top !

Paëlla, course de canards, concours de boules carrées, et le soir Matthieu et Marek ont poursuivi les festivités en assistant à la soirée cinéma en plein air organisée par la mairie.

DSC_0003

DSC_0004

DSC_0009

DSC_0010

DSC_0011

DSC_0028

DSC_0029

DSC_0030

DSC_0047

DSC_0059

DSC_0065

Posté par Flo-ren-ce à 09:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 9 juillet 2017

Vive les mariés !

Hier, Alexandra et Julien nous avaient fait l'honneur de nous inviter à leur mariage à Pontcharra. Elle fait partie de la team Sou des Ecoles, il fait partie des pompiers, leurs garçons sont copains avec les nôtres. Ils sont sympas, ils étaient trèèèèèès beaux, bref, on aurait eu tort de se priver !

DSC_0004

DSC_0006

DSC_0009

FullSizeRender

Après la mairie, nous les avons suivis pour une très belle cérémonie laïque près de la salle des fêtes. Un de leurs amis conduisait la cérémonie avec humour, les discours des témoins et des parents étaient très justes et nous avons découvert le rituel du sable : chacun des membres de leur petite famille avait un contenant de sable d'une seule couleur, représentant leur unicité et ils les ont mélangés dans un vase de façon unique pour symboliser leur famille et les liens indestructibles. Et comme des membres chers à leur coeurs ont disparu, ils ont pensé à eux en lâchant un ballon. Ledit ballon s'est d'abord coincé dans les branches, pendant une majeure partie du vin d'honneur, comme s'il voulait quand même être là pour les festivités puis s'est décidé à s'envoler ! 

DSC_0017

DSC_0023

DSC_0020

DSC_0024

Longue et belle vie aux amoureux !

Posté par Flo-ren-ce à 20:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Flexion, Extension ! (petite mise à jour du 9 juillet, bricoles)

Petit résumé en photos de l'avancée des travaux, qui sera actualisée au fur et à mesure du chantier.

Je ne me lance pas dans le texte à rallonges, je serais obligée de manquer cruellement de correction en mentionnant la vieille bique de voisine foldinque Mme C. qui profite allègrement de notre porte laissée momentanément ouverte par les ouvriers, pour entrer chez nous, papoter avec moi sans aucune gêne, critiquer ma façon d'éplucher mes asperges, traverser la maison pour aller voir la cour en travaux, faire des propositions indécentes au terrassier, demander aux gars de venir l'aider chez elle tant qu'ils sont là etc. etc.

Pour une certaine sérénité, donc, une bienveillance accrue envers nos aînés, et pour ne pas me transformer moi-même en mégère capable de ficher dehors quelqu'un à coups de balai dans le fondement, disais-je, je me cantonne aux images et aux explications basiques.

AVANT , avec juste une rangée de dalles en moins pour les mesures. Médor, inquiète.

avant

AVANT : deux rangées de dalles en moins, sans aucun commentaire sur la pataquès autour de ses dalles pendant nos vacances à Majorque. L'essentiel restant qu'elles seront utiles chez une personne qui en a besoin et que tout intermédiaire n'apporte rien de particulièrement bénéfique à cette histoire. Médor, toujours inquiète.

3

AVANT. Matthieu a démonté les portes en bois du rangement sous l'escalier et viré ce qu'il y avait dedans.

4

AVANT : les dalles, les portes en bois, le rosier, le muguet, la restriction drastique de la zone de confort de Médor avec une vulgaire litière plutôt qu'une cour entière.

6

PREMIERE INTERVENTION : les gars font sauter le palier et les anciens toilettes du palier. Je ne sais pas du tout ce qu'est devenu le calendrier de La Poste avec Lady Di qu'on y avait trouvé. Ne plus essayer de sortir par là pour descendre dans la cour.

8

Matthieu vire le restant des dalles. Les gars ont bougé un des portants de l'auvent pour avoir de la place. Médor espère que cette étendue de sable est finalement une bonne nouvelle pour elle.

11

DSC_0004

GROSSE ETAPE : le décaissement de la cour, près de 40 cm de moins sur toute la surface. Le muguet est épargné. Médor jubile, la couche de graviers étalée ressemble à une vraie litière géante, mais elle reste cependant prudente. Les évacuations sont mises à jour, en prévision de la dalle.

20170424_094556

20170424_095621

20170424_144208

20170424_144228

20170424_144222

DSC_0005 (2)

IMG_0329

IMG_0330

IMG_0331

DSC_0006 (2)

PREPARATION DE LA DALLE

DSC_0008

DSC_0009

ET COULAGE DE LA DALLE. Médor n'a pas eu l'audace ni de marcher sur la dalle en cours de séchage, ni de tenter d'y faire quoi que ce soit d'autre.

DSC_0001

DSC_0002

PREMIERS ESSAIS POUR PERCER LA PORTE. Au pied de biche. Théoriquement, côté intérieur, ils nous laissent encore le placo quelques temps pour éviter que l'on ne meurt de froid en ce mois de janvril.

DSC_0005

DSC_0006

DSC_0004 (2)

GROSSE ETAPE BIS : dans la même journée, les charpentiers commencent l'ossature et les maçons avancent sur la porte. Médor est prostrée au niveau du bureau, ça perce, ça scie, ça frappe, ça tape, ça traverse le salon avec des brouettes de gravats et pas de bol, j'ai l'idée saugrenue de passer l'aspirateur après leur départ pour tenter vainement d'éradiquer la poussière ambiante. Aucun commentaire sur la voisine...

DSC_0013

DSC_0010 (2)

DSC_0008 (2)

Finalement, ils démontent bien l'escalier extérieur. 

DSC_0011

Et puis un jour suivant, le trou dans le mur ressemble davantage à une porte

DSC_0001

 

Et un matin, les menuisiers arrivent au moment du petit déjeuner, avec force bois, laine et grue. Ca va être une grande journée !

DSC_0002

DSC_0003

Et en effet, le même soir...

DSC_0005

DSC_0006

DSC_0007

DSC_0008

DSC_0009

DSC_0004 

Médor semble aller mieux. Elle s'est aventurée sur le nouveau toit et a joué aux exploratrices en osant aller jusqu'au toit de l'auvent: un nouveau terrain de jeux?

Puis un soir, on a retrouvé l'intérieur de l'extension tout isolé en laine de bois et la fenêtre avec davantage une forme de fenêtre

DSC_0010

DSC_0011

DSC_0012

 

Les deux vantaux attendent sagement à l'intérieur, Médor attend relativement sagement la fin de son calvaire...

DSC_0013

Ce mercredi 10 mai, les gars ont bien avancé : l'isolation intérieure est bouclée, l'isolation extérieure et le bardage joli-joli est quasiment fini. Demain, livraison du placo, le suspense reste entier : cassage de cloison côté salon or not cassage de cloison côté salon??

DSC_0014

DSC_0015

 

Edit des jours suivants: not cassage de cloison ! ils ont livré le placo par mini grue si j'ai bien compris, en se prenant bien la tête avec le fil électrique traverse la cour en diagonale et ceci sous des trombes d'eau, sinon, c'est pô drôle...

Les gars ont fini le bardage de la façade, posé tous les rails et déjà fait le placage du plafond. Tout ça en passant par la fenêtre

 

DSC_0018

DSC_0017

DSC_0019

DSC_0020

Selon Loïc, dans la semaine qui vient, on termine le "gros oeuvre", avec la fin de l'étanchéité du toit et on attaque le second oeuvre avec l'électricien pour faire les branchements.

=> alors, prêts?

d'abord, la fenêtre posée:

DSC_0035

et puis ENFIN! la porte est percée !!!

DSC_0036

ça ouvre vraiment une autre perspective !

DSC_0037

en entrant sur la gauche, donc, la future salle d'eau, à imaginer encore un peu, même si bonne surprise, ils ont monté la cloison de la douche.

DSC_0038 DSC_0039

puis la chambre, un peu plus petite que je n'imaginais, mais le lit passera et on n'aura besoin de rien de plus car au fond, il y a le "dressing", dont ils ont aussi déjà monté les cloisons, la classe ! 

DSC_0040

vue sur le rosier

DSC_0041

DSC_0042

Médor joue les inspectrices des travaux en cours, je la surveille comme du lait sur le feu pour vérifier qu'elle ne fasse pas d'ânerie. Encore qu'elle a déjà marqué son territoire à sa façon, et proprement, je garde espoir...

DSC_0045

DSC_0048

le toit attend son puits de lumière et les bacs de tomates cerises pour cet été.

DSC_0049

et surprise du jour (samedi 20 mai), je dois filer à Arnas cet après-midi pour choisir le carrelage et la faïence de la salle de bain. Nous pensions que ce genre de finitions serait pour notre pomme, s'ils choisissent de s'en charger, tant mieux. Mais Matthieu étant à Annot et n'ayant pas le devis sous les yeux, je ne sais absolument pas quelle gamme de prix je vais devoir cibler, ça va être pratique... mais ça va être chouette !

(edit :  j'ai farfouillé dans les dossiers et les devis et j'ai pu avoir une base de prix pour choisir le carrelage, Yann m'a aidée, au top)

mardi 24 mai : 7h15, ils sont de nouveau là : évacuation des plaques de placo, sort au limon de notre escalier en bois et en avant la terrasse !

DSC_0058

Le gros du boulot de ce vendredi 24 mai fut de recréer un escalier, en changeant le limon, en supprimant les contre marches et en changeant la pente.

DSC_0059

DSC_0060

et continuer la terrasse

DSC_0061

Réunion de chantier au 31 mai :

petite marche confortable et trous latéraux bouchés au placo: OK

DSC_0003

bonus encadrement de porte-fenêtre assortie à la terrasse : Ok

DSC_0001

plomberie: OK (reste des bricoles à Matthieu, comme poser les toilettes, le bac de douche ou le lavabo, mais l'eau est OK)

DSC_0004

Terrasse : finitions OK

DSC_0002

DSC_0006

DSC_0005

DSC_0008

encadrement fenêtre en bandeau : OK ( reste à peinturlurer)

DSC_0007

évacuation des eaux de pluie sous l'escalier: OK

DSC_0009

Médor : OK. (puits de lumière : pas encore !)

DSC_0010

 

9 juillet, les bricoles. Le gros oeuvre étant fini, les bricoles passent presque inaperçues, mais elles sont là !

Le monsieur joints de placo, mon héros, est venu deux fois pour faire les bandes. Il y aura probablement quelques retouches à bidouiller, mais on n'aura plus qu'à poncer ! 

DSC_0025

côté pile et côté face, le puits de lumière est installé, c'est très chouette !

DSC_0026 DSC_0028

 

et enfin, un gentil plombier est venu poser le bac de douche que Matthieu a acheté (parce qu'il y avait des découpes débiles à faire)

 

DSC_0027

peut-être que cette semaine les carreleurs viendront, à suivre. Puis un grand coup de balai, du parquet, un lavabo et une douche à acheter/installer, de la peinture, et le tour sera joué !

Posté par Flo-ren-ce à 19:20 - Commentaires [4] - Permalien [#]

mardi 27 juin 2017

Kermesse & yoga

Ce week-end, c'était la fête de l'école, avec le spectacle des grands le vendredi soir et celui du p'tit le samedi matin, suivi de la kermesse du sou des écoles.Ils ont bien chanté, en français et en anglais, bien dansé, bien salué !

J'étais sur le pont, mais de façon raisonnable; j'ai tout de même missionné super papa pour prendre les photos, histoire de rester assise à papoter et à admirer mes zouaves, ravis d'être sur scène !

IMG_0697

IMG_0705

IMG_0735

On s'en est mis plein la panse avec la paëlla, puis ce fut le temps des jeux, ceux qui donnent chaud dedans et les jeux d'eau dehors pour se rafraîchir.

IMG_0756

IMG_0757

Le temps de ranger et de boire un coup avec l'équipe du sou des écoles et nous n'avons pas fait trop long feu le soir. 

Dimanche, rdv était pris à 11h à St Symphorien de Lay avec Lana, Fred, Erin et Alistair, accompagnés de leurs amis Max, Leslie et Téo pour de l'escalade pour les uns, de la tyrolienne pour les autres, du foot pour certains, ou du yoga pour ceux qui le souhaitaient.

Un après-midi au frais au pied des voies, parfait pour l'anniversaire de Matthieu!

IMG_0813

IMG_0769

IMG_0781

IMG_0786

IMG_0793

IMG_0801

Posté par Flo-ren-ce à 20:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 12 juin 2017

Noces de Corail à La Bourboule

Cette année, nous aurons fêté nos 11 ans de mariage avec une peitte semaine d'avance, salon en Allemagne, tournoi de basket ou Kermesse obligent, mais peu importe.

Noces de Corail : un voyage en Australie ou en mer Rouge n'aurait pas été raisonnable, admettons. La jolie chambre d'hôte en Drôme Provençale que j'avais repérée aurait pu convenir, mais un peu "loin" et au regard des températures vraiment estivales qu'on a eues ce week-end, je me réjouis d'avoir plutôt opté pour l'Auvergne. Aucun lien direct avec le thème, si ce n'est un léger clin d'oeil avec la couleur de la tapisserie de la chambre choisie. Matthieu m'avait demandé un week-end paisible, j'ai joué le jeu avec deux jours à La Bourboule, entre massage aux Thermes, piscine chauffée, farniente et jacuzzi ! Direction la Lauzeraie, chambre d'hôtes charmante à 2h de la maison.

DSC_0007

DSC_0052 DSC_0002

DSC_0050 DSC_0051

DSC_0003

Nous avons pu partir dès le vendredi soir. Un peu en toute vitesse, en étant rentrés à la maison à 18h45, pour devoir repartir à 19h, mais les affaires étaient presque prêtes, ça roulait bien et surtout, ça a démultiplié le temps, on a eu l'impression d'être partis une semaine ! Nous sommes arrivés à 21h, on avait notre pique-nique et la bonne surprise : nous sommes les seuls à être arrivés ce soir-là, nous avons la maison pour nous (et le billard, et la piscine, et le jacuzzi!). Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

Samedi matin, petit déjeuner local à base de St Nectaire et de Bleu d'Auvergne (et de tartines et de viennoiseries aussi, hein!) puis nous partons à pieds nous promener sous le soleil dans La Bourboule : l'ancien grand Hôtel, dont la charpente (et le reste) a brûlé il y a 5 ans nous a impressionnés,

DSC_0005

DSC_0038

puis les façades, entre mosaïques, ferronneries, art nouveau, art déco, néo-ci ou néo-là, les Grands Thermes et leurs coupoles en écailles de poisson, jolie balade tranquille en amoureux!

DSC_0008

DSC_0013 DSC_0033

DSC_0024

DSC_0014

DSC_0027

DSC_0028

DSC_0029

DSC_0031

DSC_0048

DSC_0032

DSC_0045

Pour profiter pleinement de La Bourboule, j'avais réservé un soin pour deux au centre bien-être (apparement, il faut être vieux ou en mauvaise santé pour aller aux Thermes à proprement parler !). Massage du dos pour Matthieu, massage spécial future maman pour moi, trop trop trop courte demie-heure !

IMG_0642

L'après-midi, nous n'avons pas pu nous empêcher d'aller faire un brin de tourisme en poussant jusqu'à la Basilique romane d'Orcival, pour nous y mettre au frais.

DSC_0054 DSC_0064

DSC_0065

DSC_0055 DSC_0060

DSC_0063

DSC_0066

Et de prendre les jolies routes du chemin des écoliers pour profiter des paysages auvergnats, via Le Mont Dore et ses spécialités locales.

DSC_0069 DSC_0067

DSC_0071 

DSC_0072 DSC_0073 DSC_0074

DSC_0070

Retour à La Lauzeraie pour piquer une tête, se reposer, prendre le temps. Et le soir, nous sommes allés manger ce qui nous avait tant fait de l'oeil un peu plus tôt: Truffade, pavé de Salers sauce au bleu d'Auvergne et tarte aux myrtilles. Service rapide et efficace, à 21h15 nous étions repus, nous avons tout le loisir de profiter encore une fois de la piscine et des bulles, presque éhontément !

Dimanche, un rien de farniente avant de prendre la route direction Bort les Orgues et la vue panoramique depuis les hauteurs,

DSC_0075

DSC_0079

IMG_0649

 DSC_0081 DSC_0080

et dernière étape pour cette fois au Château de Val, à Lanobre, en Corrèze, incroyablement sauvé des eaux après la construction du barrage EDF. 

DSC_0083

IMG_0654

DSC_0086 DSC_0089

DSC_0092 DSC_0099

DSC_0103

DSC_0106

IMG_0653

IMG_0667

Vivement l'année prochaine !

Posté par Flo-ren-ce à 14:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 5 juin 2017

la classe en 7 à l'honneur (bis)

Dimanche, la journée des classes à proprement parler, avec les photos, le défilé, le banquet, le balai et la soirée de clôture (on ne peut plus dire le bal des Classes).

Nous avons eu le plaisir d'accueillir Johanne et son amie Angelina qui sont venues applaudir Marek pour ses classes, et d'avoir Julien, Alexandre et Nicolas pour admirer aussi le défilé. Marek était vraiment content, il m'a dit avoir été très ému de voir les Violaysiens débarquer sur la place!

Je l'ai accompagné dimanche pour les séances photos et  pour superviser aussi nos petits "8" porteurs de pancartes pendant le défilé. J'étais en tête de cortège, entre les bébés de l'année avec lesquels je me suis une peu incrustée, même si PetitFrère n'est pas encore là, et le char des 10 ans pour veiller au grain. C'était très chouette de se retrouver au coeur des festivités. Un peu de boulot et de coordination, mais tout dans la joie et la bonne humeur, et coup de bol, sans la pluie.

DSC_0073

Le thème de cette année pour les 7 : les métiers! les 10 ans en marmitons, les 18, 19 et 20 ans en militaires, marins ou... anglais (??), les 30 en cosmonautes, les 40 en serveurs de restaurant, les 50 en médecins, les 60 en marins, les 70 en assureurs, les 80  et 90 en chefs cuisiniers.

DSC_0076

DSC_0086

DSC_0087

IMG_0592

DSC_0108

DSC_0121

DSC_0123

DSC_0128

DSC_0130

DSC_0131

DSC_0134

DSC_0135

DSC_0137

DSC_0138

DSC_0141

DSC_0150

DSC_0151

DSC_0155

IMG_0606

DSC_0167

DSC_0170

Défilé super chouette, donc, puis vin d'honneur offert par la mairie et... dodo à la maison! le soir, j'ai rempilé pour tenir sagement la caisse de la buvette dans la salle de bal et suis rentrée à 3h après m'être faite grondée parce que je commençais à emplier les chaises pour le rangement, non mais franchement...

et dire que l'année prochaine, c'est mon tour !!!

Posté par Flo-ren-ce à 14:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 3 juin 2017

La classe en 7 à l'honneur !

Ca y est, on y est, la fête des Conscrits de Pontcharra, les premières classes de Marek, mon 'Dizan'.

Hier soir, vendredi, c'était le top départ des festivités avec la parade lumineuse et la soirée d'ouverture (on ne peut plus dire "Bal des jeunes"). Mon tout beau tout grand devait se déguiser en Harry Potter, on avait fait appel au ban et à l'arrière ban pour avoir la belle cape, la médaille Serpentar, l'écharpe et la baguette des cousins, et la cravate et les lunettes d'un copain, tout était prêt. Jeudi soir, j'ai retrouvé mes conscrits à moi de la 8 pour finaliser les détails de l'organisation de ce grand week-end et oups, j'ai dû zappé un email, la consigne est d'être plein de couleurs et si possible fluo; ça ne colle pas vraiment avec le dress code de Poudlard, ça. Matthieu a réussi à trouver un splendide T-Shirt jaune fluo qui pique les yeux en revenant de Vienne vendredi, tout était OK. Sur la place, j'ai vu que je n'étais pas la seule à avoir zappé le message, il y avait des déguisements divers et variés, mais Marek était heureux de retrouver ses potes et il rayonnait ! (et pas seulement avec son T Shirt!)

 

DSC_0016

DSC_0017

DSC_0023

DSC_0054

DSC_0071

 

Mes classards sont sympas, mon rôle pour le bal a été d'être à la caisse de la buvette, assise tranquille à brasser les billets et exiger de la monnaie ! Un très joli point de vue sur les gens sans trop trop de viande saoûle, de la musique boumboum pour faire danser PetitFrère dans sa bulle, les pieds pas trop trop collants sur les litres de bière et de punch renversés au sol, très bien. Je pensais avoir judicieusement garé la voiture sur le parking de la salle pour repartir vite et bien à 2h et éviter l'orage potentiel prévu, mais c'était sans compter sur les hordes de jeunes gens désoeuvrés et privés de bière qu'il fallait pousser vers la sortie et qui rodaient sur le parking. Bah, à 3h15 j'étais au lit, bercée par les voix de ceux qui poursuivaient leur errance dans les rues. 

Cet après-midi, Marek est parti avec ses classards pour une sortie dans un parc de trampolines, et j'ai bien siesté, d'aplomb pour demain et les photos, le défilé, le vin d'honneur, le balai et la soirée de clôture !

Posté par Flo-ren-ce à 17:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 30 mai 2017

Kondor et le secret des Kolorines (familitop Condrieu)

Le pays des Kolorines est au bout du fleuve, là où la mer tombe dans le ciel. Le soir les glaciers s’y recouvrent d’or et les 5 couleurs sacrées ruissellent dans les collines. Les Kolorines sont arrivés à Condrieu, ont arrimé leur navire pour vivre dans le village et donner au monde le secret des couleurs de la vie belle. Un matin, Garine fait jaillir des arbres immenses et Kondor, l’aigle-dragon se fâcha et cacha Koloro l’oiseau sacré. Koloro prisonnier, le secret des couleurs est illisible aux villageois qui deviennent tristes. Joue avec Masko le navigateur, Maskina la magicienne qui colore la pierre en rose en l’embrassant, Garine le lapin, Solario et Orcina qui peignent les maisons de couleurs fantastiques. Un jeu de 8 épreuves avec des jeux et des objets pour libérer l’oiseau et faire renaître les couleurs qui rendent la vie belle.

 

Nous sommes donc définitivement adeptes des chasses au trésor Familitop du Rhône et ce samedi 27 mai, nous avons testé la 5ème version, après le Bois d'Oingt, Mornant, Beaujeu et St Symphorien. Direction Condrieu, ça tombe bien, c'est sur le chemin de chez MamieDouce et GrandPère chez qui nous passerons le week-end pour la fête des Mères.

Nous partons un peu plus tard que prévu et il y a un peu plus de monde qur la route que ce nous imaginions, alors autant dire qu'à près de 15h, le pique-nique a été fortement apprécié par tout le monde, d'autant plus que pour ne rien gâcher, tout de même, nous sommes allés nous poser au bord du Rhône, sur la Via Rhôna, que Marek avait fait en partie à vélo avec son parrain de coeur et ses cousines. Le ventre plein des premières cerises, entre autres, nous avons rejoint le centre ville et démarré la chasse aux indices. Un peu en décalé parfois, pour ne pas poser sur la photo de mariage des jeunes gens sortant de l'église, par exemple...

DSC_0012

On a trouvé Kondor,

DSC_0004

les Kolorines, 

DSC_0005

On a prouvé notre adresse, 

DSC_0007

on a bien joué au loup le long des arcades de l'ancien cloître,

DSC_0011

trouvé les portes dans le passage secret,

DSC_0013

repéré GrandZoreille grâce au puzzle,

DSC_0014

traversé la passerelle à cloche pied, mais je ne sais plus pourquoi,

DSC_0015

trouvé la maison des Kolorines,

DSC_0019

fait changer la pierre de couleur en l'embrassant, presque sans cracher dessus,

DSC_0020

découvert des chasse-roues,

DSC_0021

compté toutes les couleurs des ruelles du Vieux Condrieu,

DSC_0023

déniché l'arbre tressé de Garine, 

DSC_0025

compté les arbres géants que Garine a plantés,

DSC_0028

et libéré Koloro.

DSC_0034

Bon, c'était chouette, comme d'habitude, de découvrir de jolies choses et d'apprendre à regarder autrement ce qu'il y a autour de nous, mais ce jeu a une chute moins amusante que le code et la cloche à sonner du Bois d'Oingt ou que d'entendre la voix du Dragon de St Sym. Il n'y a pas la même magie que l'eau qui change de couleur à Beaujeu. La chute est semblable à celle de Mornant avec une enveloppe secrète à n'ouvrir qu'à la fin. Mais ça a plu à la petite troupe, fort courageuse pour cette première vraie belle journée à la chaleur bien écrasante. 

Direction Salaise pour la fin de journée et pour le dimanche avec les cousins, à s'en donner à coeur joie, comme à chaque fois, entre vélos, draisienne, ballons, bouquins et tapis glissant !

Des bisous, des poèmes, des fleurs, des dessins pour moi dimanche, de mes si doux petits bonhommes ! Presque hâte d'être à l'année prochaine pour avoir un câlin supplémentaire de PetitFrère !

DSC_0037

Posté par Flo-ren-ce à 23:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]